Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2018

Être WABI SABI

Dans la mouvance du ZEN

Le wabi-sabi est un concept esthétique japonais. Un principe de vie qui suggère de revenir à la simplicité

« Wabi-sabi est la beauté des choses imparfaites, impermanentes et incomplètes. C’est la beauté des choses modestes et humbles. C’est la beauté des choses atypiques. » Il nous apprend que le wabi-sabi est « associé au bouddhisme zen et que l’on pourrait même l’appeler le “zen des choses”, écrit Leonard Koren.

Christopher A. Weidner, précise que « wabi-sabi signifie se consacrer à l’essentiel, être pleinement soi – rien de plus, rien de moins ».

Pour en savoir plus

http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-perso...

Un ouvrage de A. WEIDNER - Cliquez ici

Un ouvrage de Leonard Koren - Cliquez ici

Si vous êtes adepte des méthodes énergétiques (Reiki, Karuna, Lahochi et bien d'autres encore), vous pouvez vous faire initier à distance à Wabi Sabi Par Christophe Tissier en allant sur son site Un lieu de lumière.

Initiation énergétique à Wabi Sabi - Cliquez ici

 

 

 

 

21/07/2018

Vivez quand il est encore temps !

Vivez quand il est encore temps

Il y a des gens qui oublient de vivre, qui n'osent pas vivre parce qu'ils ont peur du jugement des autres, qui ne savent pas décider et qui remettent toujours à plus tard... Et la vie passe, les cheveux se raréfient ou blanchissent, et la vie passe et les rapproche inexorablement de l'instant où ils devront rendre des comptes surtout à eux-mêmes, au moment de la mort qui arrive pour tous, et ce jour-là, ils verront défiler leur vie.

Qu'ai-je fait, qu'ai-je accompli, ils se souviendront des émotions vécues puis ce sera le dernier instant.

Pour certains ce sera très bientôt, pour d'autres ce sera plus tard, et pour d'autres encore ce sera rapide, imprévu... Mais dans tous les cas, la mort arrivera, car la vie passe, quelle que soit la façon dont on la vit. Elle nous conduit tous au jour du jugement final, qu'on devra poser sur nous-mêmes et que les autres poseront sur nous.

Ces gens qui oublient de vivre quand il est encore temps, ont pourtant rêvé... qu'ils voulaient changer le monde, devenir riches, vivre le grand amour et de folles aventures sexuelles... mais ils n'ont pas osé vivre leurs rêves. Puis avec l'âge, à force de couper leurs cheveux, ils ont coupé leurs idées, leur sexualité a ralenti et ils sont entrés tout doucement dans la vieillesse de l'esprit. Ils deviennent alors hostiles à toutes les nouvelles idées, à tous ceux qui osent jouir de la vie, ils deviennent intolérants, aigris.

De temps à autre, ils se regardent dans le miroir: «Que suis-je devenu, qu'ai-je fait de mes rêves, j'étais révolutionnaire, je portais les cheveux longs et des chemises à fleurs» et leur miroir implacablement leur renvoie: « Te voilà vieux, tu es rentré dans le rang, tu t'es normalisé».

Et l'angoisse les prend d'être vieux mais en réalité ils ne sont pas plus vieux maintenant qu'il y a 20 ans, parce qu'ils étaient déjà vieux à 25 ans.

Certes pendant quelques mois ou quelques semaines ils ont été jeunes, ils voulaient changer le monde, et puis ils sont rentrés dans le rang et ils ont été vieux aussitôt. A 50, 60 ans, ils sont toujours vieux, pas plus, pas moins qu'avant. Il est très difficile de changer quand on a cessé de vivre depuis si longtemps, parce que les neurones prennent une certaine position, les connexions se sont organisées puis durcies à force de répétitions. C'est comme un arbre qui aurait pris un mauvais pli, il sera impossible qu'il se déploie sans casser. On ne pourra jamais faire un grand arbre d'un bonsaï, parce qu'il est rabougri.

Ces gens dont l'esprit est vieux sont pareils au bonsaï, ils sont rabougris et lorsqu'ils regardent les jeunes de 30, 40, 50 ans et plus, qui sont épanouis, qui continuent à vivre leurs rêves de hippies, de révolutionnaires, de jouisseurs, et qui ont su pousser en croquant la vie à belles dents, ils sont évidemment dérangés par ces quelques-uns, qui sont comme de grands arbres dont la tête touche le ciel et les pieds bien ancrés en terre, qui répandent le parfum de leurs fruits, leurs fleurs, afin d'enchanter la planète... et cela les rend envieux.

Nous avons un capital temps, ne le gaspillons pas. Chaque minute de notre vie est précieuse, notre temps est compté sur cette planète. Chaque seconde qui s'écoule dans notre cerveau est comme un nectar dont il ne faut pas perdre une seule goutte, car chaque minute qui passe, chaque instant qui s'envole ne pourra plus être revécu.

 

https://www.formation-reiki.info/index.php/2009-12-18-07-...

 

30/12/2017

Songez à être un homme poreux !

Pour éviter d'être engorgé par la pression sociale, apprenez à devenir un homme poreux :

« On appelle le chamane « l’homme poreux ». Ce qui veut dire qu’il incorpore quand il veut ce qu’il décide d’incorporer. À l’inverse de « l’homme éponge » qui, lui, incorpore tout. Pour peu qu’il ne songe pas à se presser régulièrement, il se retrouve complètement submergé. »

Extrait de: Maja Cardot. « ABC du Chamanisme. »

 

 

29/12/2017

Des raisons de se réveiller le matin

"Pour se coucher satisfait, il faut se lever chaque matin déterminé."


GEORGE LORIMER

 

"Votre premier rituel de la journée est de loin le plus influent, car il a pour effet de déterminer votre état d’esprit et de donner le ton pour le restant de la journée."


EBEN PAGAN 

 

Extrait de: Hal ELROD : " Miracle Morning."

11:08 Publié dans Développement, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : but

22/12/2017

Lâcher prise

C’est comme si j’étais venu au monde contre mon plein gré

Il n’y avait pas de joie pour moi dans ce monde

Mais j’ai fait un choix

Je ne voulais pas être expulsé, sortir et entrer dans ce monde

Mais j’ai fait un choix

La sortie du paradis perdu

Être dans un monde empli de limitation

Quelque chose de moi avait dit oui, quand même

Suis-je trop rattaché à la part qui a dit non ?

Ne pas perdre espoir de nourrir mes besoins fondamentaux au point de vouloir mourir

Vivre la détente dans un mode aussi limité

Retrouver la souvenance du Oui

En acceptant la part du Non qui n’était pas entendu au départ

La part qui souffre apparaît au moment où je peux la rencontrer

Il m’a fallu des années pour accepter l’idée que je puisse être en sécurité

Des années de volonté à vouloir faire, trop faire, pour guérir

Il faut le digérer

Lâcher prise pour continuer

 

Texte de Erkin Jon

Je suis qui je suis

 

Pourquoi être sans cesse à la recherche de "Qui je suis ?"

Puisqu'à l'instant présent

au moment où j'écris ces lignes

au moment où je relis ces lignes

Je suis déjà qui je suis !

indépendamment du passé et du futur.

             Inspiré des lectures de Nisargadatta Maharadj

De Erkin Jon

 

" Vous êtes déjà ce que vous cherchez."      Nisargadatta Maharadj

 

 

La grande invocation

La Grande Invocation

Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu, 
Que la lumière afflue dans la pensée des hommes, 
Que la lumière descende sur la Terre.

Du point d'Amour dans le Coeur de Dieu, 
Que l'amour afflue dans le coeur des hommes, 
Puisse le Christ revenir sur Terre.

Du centre où la Volonté de Dieu est connue, 
Que le dessein guide le faible vouloir des hommes. 
Le dessein que les Maîtres connaissent et servent.

Du centre que nous appelons la race des hommes, 
Que le Plan d'Amour et de Lumière s'épanouisse, 
Et puisse-t-il sceller la porte de la demeure du mal.

Que Lumière, Amour et Puissance
Restaurent le Plan sur la Terre. 

24/09/2017

Lâcher prise

N. Maharaj à ses disciples:

"Vous vous accrochez aux rivages, pendant que j'essaie de vous lancer au milieu de la rivière, où vous pouvez flotter et suivre le flot. Je vous dis de lâcher prise, mais vous ne le faites pas, ou vous me demandez une méthode pour le lâcher prise... Finalement, j'abandonne et je vous tape sur les doigts pour que vous lâchiez"

(traduction libre)

01/09/2017

A propos de Krishnamurti, gourou ou anti-gourou

<< Si vous voulez aider quelqu'un à changer, soyez comme le soleil. Donnez-lui la compassion, l'amour, l'intelligence et rien d'autre...Il existe de telles personnes capables de vous aider. Non pas de vous guider, de vous dire ce que vous devez faire, car cela est vraiment trop stupide, mais elles sont comme le soleil, elles rayonnent de la lumière. Et si vous voulez vous asseoir au soleil, vous le faites. Sinon, vous vous asseyez à l'ombre.

-[interlocuteur] C'est une sorte d'illumination?

-[K] C'est l'illumination même. >>

 

Pour lire l'article dont extrait cette citation, cliquez sur le lien ci-dessous :

Krishnamurti, gourou ou anti-gourou ?

Il n’y a rien à pratiquer

Il n’y a rien à pratiquer.


Pour vous connaître, soyez vous-même.
Pour être vous-même, cessez d’imaginer que vous êtes ceci ou cela.
Soyez seulement.
Laissez votre vraie nature émerger.
Ne troublez pas votre mental par la recherche.
Regardez-vous, regardez votre propre existence.
Vous savez que vous êtes et vous aimez ça.
Rejetez toute imagination, un point c’est tout.
Ne comptez pas sur le temps, le temps c’est la mort.
Celui qui attend meurt.
La vie n’est que maintenant.
Ne me parlez pas de passé ou de futur – ils n’existent que dans votre mental. 


« Il n’y a rien à faire, juste être. Ne faites rien, soyez. Pas d’escalade de montagne, pas de retraite au fond d’une caverne. Je ne vous dis même pas « Soyez vous-mêmes » puisque vous ne vous connaissez pas. Soyez, c’est tout. Ayant vu que vous n’êtes ni le monde extérieur de la perception, ni le monde intérieur du concevable, que vous n’êtes ni le corps, ni le mental, soyez uniquement.
Le Soi est près et le chemin vers lui, facile. Tout ce que vous avez à faire, c’est de ne rien faire. Ce que vous cherchez est si proche de vous qu’il n’y a pas même la place d’un chemin.

Nisargadatta Maharaj