Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2017

A propos de Krishnamurti, gourou ou anti-gourou

<< Si vous voulez aider quelqu'un à changer, soyez comme le soleil. Donnez-lui la compassion, l'amour, l'intelligence et rien d'autre...Il existe de telles personnes capables de vous aider. Non pas de vous guider, de vous dire ce que vous devez faire, car cela est vraiment trop stupide, mais elles sont comme le soleil, elles rayonnent de la lumière. Et si vous voulez vous asseoir au soleil, vous le faites. Sinon, vous vous asseyez à l'ombre.

-[interlocuteur] C'est une sorte d'illumination?

-[K] C'est l'illumination même. >>

 

Pour lire l'article dont extrait cette citation, cliquez sur le lien ci-dessous :

Krishnamurti, gourou ou anti-gourou ?

08/06/2017

L'idéologie

L'idéologie.

" Encore une fois, l'idée, la croyance vous emprisonne. Vous croyez, un autre ne croit pas ; vous êtes tous deux prisonniers de votre croyance, et toutes les expériences que vous faites sont conditionnées. On ne peut découvrir la possibilité de se libérer qu'en regardant en face tous le processus du conditionnement, de l'influence. La compréhension de ce processus est la connaissance de soi. Ce n'est que la connaissance de soi qui permet de se libérer de la servitude, et aucune croyance, aucune idéologie ne permet cette libération."

 Jiddu Krishnamurti

 

Krishnamurti insiste d'une façon parfois poétique, sur la notion du présent:

 

          "Le vent du désert balaie la trace des voyageurs.
           Seul s'imprime le pas présent.
           Le passé, le futur, du sable lissé par le vent."

          (Poèmes et Paraboles 1981)

 

29/06/2014

L’essence de l’Enseignement de Krishnamurti

L’essence de l’Enseignement de Krishnamurti

 

Rédigé par Krishnamurti lui-même en 1980 à la demande de sa biographe Mary Lutyens.

L’essence de l’enseignement de Krishnamurti se trouve dans sa déclaration de 1929, où il dit : « la Vérité est un pays sans chemin ». Nulle organisation, croyance, nul dogme, prêtre ou rituel, aucun savoir philosophique, aucune technique psychologique ne permet à l’homme de s’en approcher. Il doit la découvrir dans le miroir de la relation, par la compréhension du contenu de son propre esprit, par l’observation et non par l’analyse introspective ou la dissection mentale.

L’homme a édifié en lui une barrière de sécurité faite d’images - religieuses, politiques, personnelles. Elles prennent vie sous forme de symboles, d’idées et de croyances.

Le poids de ces images opprime la pensée de l’homme, ses relations, sa vie de tous les jours. Ces images sont les racines de nos problèmes, car elles séparent l’homme de l’homme. Sa perception de la vie est pétrie de concepts arrêtés d’avance. Le contenu de cette conscience est toute son existence. Ce contenu est commun à toute l’humanité.

Un individu est un nom, une forme et la culture superficielle qu’il assimile de la tradition et de son environnement. La nature unique de l’homme ne réside pas dans cet aspect superficiel, mais dans une liberté totale à l’égard du contenu de sa conscience, laquelle est commune à tous les êtres humains. Il n’est donc pas un individu.

La liberté n’est pas une réaction; la liberté n’est pas un choix. C’est la prétention de l’homme de se croire libre parce qu’il a le choix. La liberté est pure observation, non dirigée, sans crainte de punition, sans désir de récompense. La liberté n’a pas de motif; la liberté n’est pas au bout de l’évolution de l’homme, mais se tient dans le premier pas de son existence. Par l’observation, on commence à découvrir le manque de liberté. La liberté se révèle dans l’attention vigilante et sans choix que l’on porte à son existence quotidienne et à ses activités.

La pensée est temps. La pensée est née de l’expérience et du savoir, qui sont inséparables du temps et du passé. Le temps est l’ennemi psychologique de l’homme. Notre action s’appuyant sur le savoir, et donc sur le temps, l’homme est en permanence l’esclave du passé. La pensée étant toujours limitée, nous vivons constamment dans l’effort et le conflit. Il n’y a pas d’évolution psychologique.

Si l’homme perçoit le mouvement de ses propres pensées, il verra la scission entre le penseur et la pensée, l’observateur et l’observé, l’expérimentateur et l’expérience.

Il découvrira que cette scission est une illusion. Alors ne demeure que la pure observation qui est vision directe, sans aucune ombre de passé ou de temps. Cette vision pénétrante et intemporelle produit une transformation radicale et profonde dans l’esprit.

La négation totale est l’essence du réel. Quand il y a négation de toutes les choses que la pensée a produites psychologiquement, alors seulement est l’amour, qui est compassion et intelligence.

Copyright ©1980 Krishnamurti Foundation Trust Ltd

http://www.jkrishnamurti.org/fr/about-krishnamurti/the-core-of-the-teachings.php 

28/12/2013

Krishnamurti

 

 « La vérité est un pays sans chemin.  Nulle religion, nulle secte n’y mène.  La vérité est infinie, inconditionnée et ne peut être organisée.  Il est vain de créer des structures ayant pour mission de guider les hommes sur une quelconque voie.  La croyance est une question purement personnelle qu’on ne peut organiser, au risque de la figer, de la détruire, de la réduire en un dogme.  C’est pourtant ce que l’on tente de faire partout dans le monde.  La Vérité ainsi dégradée devient un simple jeu à l’usage des faibles et des insatisfaits.

Mais la Vérité ne peut s’abaisser.  C’est à l’homme de s’élever jusqu’à elle.

L’appartenance à une organisation ne peut nous libérer, ni développer notre être intérieur.  Aucun individu, aucun culte organisé, ni même le dévouement personnel à une cause, ne nous mèneront à la libération.  Voilà pourquoi je ne tiens nullement à créer des religions, des sectes, des philosophies et des théories nouvelles.

Au contraire, une seule chose m’intéresse, essentielle, la réelle liberté de l’homme.  Je voudrais aider l’homme à s’échapper de ses limites, à se libérer de la peur : peur de la religion, peur du salut, peur de la spiritualité, peur de l’amour, peur de la mort, peur de la vie même.  Je désire que les hommes soient inconditionnellement libres. »

  

Krishnamurti est né un 12 mai

 K en tant que homme et être humain était quelqu’un d’énigmatique et même contradictoire : il était très doué pour la mécanique et était capable de réparer ou reconstruire un moteur ; il aimait les beaux vêtements et s’habillait toujours avec beaucoup de soin : en Europe il faisait le ‘gentleman’ impeccable avec ses costumes de marque, tandis qu’en Inde il s’habillait en Indien traditionnel.  Il était quelqu’un de très tactile avec des mains expressives, mais il n’aimait pas qu’on le touche. (détails tirés de la biographie de Mary Luytens).

 

           La bonne méditation

·                     La Liberté

·                     La connaissance de soi

·                     La nature du désir

·                     La nature de la peur

·                     La nature de l’insécurité

·                     Les relations avec les autres

·                     Comment rester ouvert à l’inconnu

·             Le conflit et la non-violence (ahimsa selon le yoga de Patanjali)

·      La nature de la douleur et la souffrance

15/12/2013

Éducation

 


Est-ce là le But de l’Éducation,

de vous Obliger Volontairement ou Non

à vous Adapter à cette Structure Démente

qu’on Appelle la Société?

 

http://lesinsoumis.org/insoumitheque/textes/